Le sommeil de votre bébé répond à ses besoins, c’est formidable !

 

Comme je l’expliquais dans mon article précédent sur le sommeil, les bébés ne sont pas supposés dormir comme des adultes. Leur sommeil évolue, et répond à leurs besoins du moment et malheureusement pas à nos besoins. Leur sommeil est aussi influencé par les défis qu’ils rencontrent. Aussi épuisant que cela puisse être, nos bébés ne font pas nos nuits, mais leurs nuits et dans la grande majorité des cas, ils bénéficient de tout le sommeil dont ils ont besoin.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire pour vous aider à mieux vivre le manque de sommeil et vous ajuster au rythme de votre bébé, tout en amenant tranquillement votre enfant, vers des nuits qui conviennent à tous.

Cet article se concentre sur le pourquoi et non le comment. Je donnerai des outils dans une autre publication.

Voulez-vous que je vous donne la clé pour comprendre le sommeil de votre nouveau-né ?

SON SOMMEIL RÉPOND À SES BESOINS, POURQUOI ?

La mission #1 d’un bébé est de survivre. Pour cela, il doit grandir, développer son cerveau et s’assurer de la présence d’un adulte toujours en éveil. Les bébés doublent leur poids en 4 mois environ, leur cerveau, à la naissance, plus immature que celui d’un chimpanzé naissant, aura doublé de volume à 1 an.

Avec un tel mandat, pas étonnant que les nourrissons dorment beaucoup (entre 14 et 20h par jour), se réveillent souvent et mangent très fréquemment (10,12, 14 fois par jours).

Par ailleurs, toutes ces tétées leur offrent autant d’occasions de câlins, de stimulations et d’interactions dont leur cerveau a besoin.

Si les nourrissons vivent dans un espace-temps où le jour et la nuit s’entremêlent, c’est que leur corps est indifférent à l’environnement lumineux et n’a pas besoin de faire la différence entre les deux. Ils dorment par cycles de 50 minutes environ et se réveillent très souvent.

Pourquoi tant de réveils? Voici deux raisons,

La première est liée à la structure du sommeil. Le sommeil agité pendant lequel le cerveau de votre bébé travaille fort, trie, organise, représente 50% à 60% du sommeil total, contre 25% à l’âge adulte. Or le sommeil agité qui deviendra plus tard le sommeil paradoxal, est plus léger que le sommeil calme et offre de nombreuses occasions de réveil. Pendant les périodes de sommeil calme, les bébés sont beaucoup plus difficiles à réveiller, leurs muscles sont détendus et leur respiration est calme et parfois imperceptible. C’est quand votre bébé est en sommeil profond qu’il vous arrive peut-être de paniquer en pensant qu’il ne respire plus ! Maintenant, je suis certaine que vous voyez exactement de quoi je parle. Malheureusement pour nous parents, les périodes de sommeil calme sont en proportion moins importantes. En revanche, vous l’avez certainement remarqué, dormir dans vos bras va aider votre bébé à enchainer plusieurs cycles sans se réveiller. Il se sent en sécurité.

La deuxième raison est la suivante, l’estomac d’un nourrisson est tout petit et le lait maternel, parfaitement adapté au corps des bébés, se digère très facilement. Il est donc normal et nécessaire que bébé tète souvent.

Ainsi, le sommeil des bébés tel qu’il est structuré leur donne tout ce dont ils ont besoin pour grandir et se développer. Il est évident que le rythme de bébé est difficile à suivre et peu compatible avec nos modes de vie moderne.

Cependant, retenez qu’en se réveillant souvent, les bébés s’assurent :

  • De manger souvent pour grandir et nourrir un cerveau qui travaille et se développe à une vitesse incroyable
  • D’avoir une proximité physique et sensorielle avec leur mère. Le toucher permet au cerveau (encore lui) de se développer adéquatement.
  • De stimuler suffisamment la production lactée de leur mère. Les 6 premières semaines sont une période critique dans l’établissement de la production.
  • De ne pas passer trop de temps en sommeil profond ce qui serait un facteur de protection contre la mort subite du nourrisson.
  • D’avoir la présence d’un adulte toujours en éveil pour s’occuper de lui, le nourrir, le protéger. Il en va de la survie de votre bébé et à plus grande échelle de la survie de l’espèce. Évidemment nous ne vivons plus dans des cavernes et les risques de se faire manger par une grosse bête sauvage sont réduits à néant. Le cerveau de bébé ne le sait pas !
  • De s’attacher à sa mère et que sa mère s’attache à lui. Le jeu des hormones de l’allaitement et du maternage provoque une sensation de manque chez la mère quand elle s’éloigne de son bébé et favorise ainsi l’attachement.

C’est merveilleux n’est-ce pas ! Épuisant aussi, je sais !

Dans le deuxieme article de la série « Les clés pour mieux comprendre le sommeil de votre enfant »,  je vous donne les clés pour le sommeil de 2 à 6-9 mois.

 

 

Sources :

Jove, R. (2006). Dormir sans larmes. Les découvertes de la science du sommeil de 0 à 6 ans. Les arènes p 16-37

Challamel, MJ. et Louis J., Le sommeil de l’enfant, du nourrisson à l’adolescent La physiologie du sommeil. http://sommeil.univ-lyon1.fr/articles/cfes/sante/enfant.php

Sunderland, M. (2016) La science au service des parents. Comprendre et élever son enfant grâce aux avancées scientifiques. Hurtubise.

Helen Ball https://www.isisonline.org.uk/hcp/how_babies_sleep/normal_sleep_development/ et https://www.isisonline.org.uk/hcp/how_babies_sleep/why_babies_sleep_as_they_do/